Commençons par le commencement, les chinois crachent … bon, ok, on le savait.
Ils crachent beaucoup … oui, oui, on savait j'ai dit.
Ils le font tous, partout, tout le temps … STOP, vous voulez qu'on rentre a Paris ou quoi ?

Sans déconner, c'est si grave que ca docteur, il y a un risque de se faire agresser par un crachat intempestif ? Va vraiment falloir apprendre à devenir Joe l'esquive ou a porter un imper et un pépin en permanence ?

supertitiP'taing, le premier qui crache sur mes chaussures en daim, je me transforme en super titi et je lui couds la bouche ... il fera moins le malin après. Hein, mon gars, comment tu vas cracher maintenant ?

Mais au fait pourquoi, tant de haine avec leur petite gorge ?

Le crachat semble être dans les mœurs pour deux raisons : la médecine traditionnelles chinoise et ... les hommes politique (encore eux, non mais sans rire, la révolution culturelle, la collectivisation des campagnes, massacre de la place Tiananmen, je veux bien, mais le crachat, c'est vachement grave).

Les hommes politiques, même les plus hauts placés, Mao, Deng Xiaoping, avaient généralement à leurs pieds un vase en porcelaine et ne se gênaient pas pour se racler la gorge bien profond et envoyer le reste dans le vase !

Cette image du crachat était plus que tolérée parmi les "Grands", alors pourquoi le commun des mortels n'en ferait pas autant ?

Mais plus encore, beaucoup de Chinois pensent que se nettoyer les poumons et cracher est bon pour la santé, une croyance qui fait échouer toutes les tentatives de faire perdre cette habitude. Dans la médecine traditionnelle Chinoise, fondée sur d'antiques conceptions philosophiques, il est recommandé ne rien garder à l'intérieur de soi car cela n'est pas bon pour le corps. L'élimination immédiate est considérée comme très importante, même si elle doit être faite en public, car toute substance peut contrarier le fonctionnement de l'organisme !

D'où les crachats, mais aussi les pets et les rots ! (bonjour l'ambiance ...)

Serait aussi souvent évoqué, le Ganmao, cette célèbre maladie universelle en Chine (jamais entendu parle), ou plus simplement le fait d'être enrhumé.
Malade

… Oui ben, c'est eux qui essaient de nous enrhumer, parce que quand on a un rhume, c'est pas pour ca qu'on crache partout toutes les 15 secondes … non mais, faut pas nous prendre des jambons (Spécial Bertu's dédicace expression, Co Ltd)

Bref, bien que cela ne dérange personne en chine populaire, le gouvernement chinois, en vue de l'organisation des JO de 2008 aurait lancé une campagne de sensibilisation pour apprendre aux Pékinois à respecter les files d'attentes, à ne pas cracher, à ne pas laper en buvant et, plus généralement à adopter de bonnes manières, et ce en raison de la mauvais image des chinois, notamment des touristes.

On reparlera des bonne manières un autre jour, il me faudrait trop de temps ...

Bref, tous les chinois crachent, et toutes les études faites, notamment par le gouvernement chinois pour expliquer le phénomène, à la sauce propagande, sont vaseuses, du genre seuls les plus miséreux crachent dans les campagnes, ou c'est lie a la pollution.

Et ben ce n’est pas vrai, même s'il parait qu'on crache peut être un peu plus et un peu plus bruyamment dans certains campagnes. En tout cas la pollution n'aurait rien à voir la dedans, il parait que c'est a Xishuangbanna (province du Yunnan ... dont le nom est imprononçable je sais), ou le taux de crachat est le plus élevé en Chine !

C'est culturel, on vous répète. Un peu comme chez nous dans les banlieues ou sur les stades de foot. Faites risette a tonton Barthez, le grand spécialiste … d'ailleurs chez nous, c'est limite de l'incitation, tout le monde plaint le pôv Barthez qui a écopé de 9 mois de suspension, pour un tout petit crachat sur un méchant arbitre … on aurait du bruler l'arbitre tiens, enfin, je m'égare.

Pourtant, certains savent se retenir, comme à Shanghai. Shanghai est souvent présentée comme le phare de la Chine et la municipalité ambitionne d'en faire une métropole de dimension internationale. Dans ce contexte, il n'est pas étonnant que les autorités cherchent à réduire la pollution salivaire qui ne peut que nuire à la réputation de la ville auprès de ses visiteurs. De fait, ce fléau est, enfin y parait, effectivement relativement moins important que dans le reste du pays, mais nous sommes encore très loin d'une situation acceptable, à défaut d'être idéale. Les autorités municipales ont donc apposé en quelques endroits, et notamment dans le métro, de la ville des panneaux et affiches que les étrangers prennent pour des interdictions de cracher, ce dont ils se félicitent en général. Et bien on se fait encore enrhumer. Dans l'ordre les 3 photos suivantes représentent:
-
La consigne d'interdiction de cracher, telle qu'elle est représentée dans toutes les stations de métro de Shanghai
-
La consigne d'interdiction de cracher, qui est apparue partout à Shanghai pendant l'épidémie de Syndrome Respiratoire Aigu Sévère (SRAS)
-
La consigne d'interdiction de cracher sur la pelouse d'un parc de Shanghai
spit1 spit2 spit3

Les sinophones auront immédiatement remarqué que sur ces trois photographies, la même série de six caractères (qing wu suidi tutan) est traduite en anglais de trois manières différentes.

Ben si, c'est évident, c'est pourtant facile le chinois (chut Pom, ils vont croire que j'ai appris le chinois en 5 mois)

La véritable traduction devrait en fait être "veuillez ne pas cracher n'importe où". Il existe donc une différence de taille entre la version chinoise et la (les) version(s) anglaise(s). Pour info les interdictions de fumer que l'on trouve notamment dans le métro sont exprimées en chinois par la formule "jinzhi" ("interdit de") … CQFD. Putain, j'en ai marre d'être pris pour un crétin et un touriste, sous prétexte que je ne sais pas lire les signes bizarres qui représentent des mots dans ce pays.
Quoi qu'il en soit, ne pas cracher n'importe où, cela ne veut pas du tout dire la même chose que ne pas cracher du tout. Il est seulement recommandée de faire attention où on crache.

Ben oui, comme c'est culturel, il est difficile d'interdire, mais ils ont encore essayé de nous enrhumer à Shanghai !

En tout cas en ce qui concerne Beijing, je ne sais pas si la campagne du gouvernement a sensibilisé quelqu'un, mais dans la rue, disons que c'est supportable. Ben oui, au milieu du bruit et de la foule ca se remarque pas tant que ca, on a assez a faire avec les bousculades, les marchages sur le pied et autres joyeusetés ... D'ailleurs, maintenant pour sortir je prends mon cuir de motard, avec épaulettes et protection complète des bras et du dos. Le prochain qui me rentre dedans, je lui fais le "vol du dragon en do mineur" ou la "spécial titi in the gueule" !
dragon titi_dans_ta_tete

... plus communément appelé le cou de coude dans la gueule, et avec le kevlar ca va faire des dégâts !

Pour finir, 2 grands moments, le taxi et au toilette. Les chauffeurs de taxi sont parfois insupportables, surtout que pour pas se louper, ils préfèrent une bonne fois bien violente à pleins de petites … et alors le pompon de la cerise sur le gâteau, c'est au toilette au bureau. Parfois on dirait un peu un tremblement de terre, ou un troll des cavernes. Les gens se retiennent à leur bureau et après c'est … Hiroshima mon amour (mouais mauvais gout celle la ... du moins pour les chinois). En tout cas c'est vraiment à se flinguer ...

La prochaine fois que je vais aux toilettes, je prends la caméra et j'enregistre.

Z'êtes prévenu, maintenant.